Nous avons pu observer une manifestation à laquelle participaient 3 communautés de communes (Sud Pays Basque, Nice Adour et Errobi). Celles ci se plaignent d'un coût économique, patrimonial et écologique exorbitant. C'est pourquoi elles refusent la construction d'une LGV. D'autre part sont opposées à la construction d'une LGV différentes personnes et associations telles que CADE qui, par le biais d'un blog pense elle aussi que le coût est trop élevé et non rentable.

Notamment, Michèle Alliot-Marie, ancienne ministre d'Etat et d'affaires étrangères demande à utiliser des ressources publiques déjà existantes pour ce projet.

Des entreprises locales anonymes utilisent les réseaux sociaux pour exprimer leur mécontentement envers ce projet. 

Par ailleurs André Garreta trouve ce moyen de transport plus efficace et plus rapide ainsi que respectueux de l'environnement (dans l'avenir). Il exprime son avis par une video conférence.

Du même avis qu' André Garreta, Jean Grenet (ancien député du maire de Bayonne) dit : " LGV c'est un outil de désenclavement, de promotion pour un territoire, ça s'est fait partout. Tout le monde la veut, la LGV partout".